40 chênes plantés pour 40 ans de défense des intérêts des
propriétaires forestiers en Gruyère !

L’association a fêté dignement son anniversaire le samedi 19 octobre 2019 dans la forêt de Bouleyres.

Présentation d’une coupe coordonnée.

En présence de ses membres et d’invités, dont M. Didier Castella, conseiller d’Etat en charge des forêts, l’association a souhaité marquer ses 40 ans d’existence en présentant une coupe coordonnée réalisée au profit de propriétaires privés et en plantant 40 chênes, symbole des forêts du futur, à la fois résistantes au changement climatique et fournisseuses de services à la population. Cet évènement a aussi été l’occasion de revenir sur l’ouragan Lothar qui survenait il y a 20 ans, en décembre 1999.

Retrouvez quelques impressions dans la presse locale.

C’était aussi l’occasion de revenir sur les 20 ans Lothar.

Historique

C’est donc en 1979 que les propriétaires forestiers gruyériens, en particulier les communes, mais aussi l’Etat de Fribourg et une poignée de propriétaires privés, se réunirent en « Association Forestière Gruyérienne » afin de défendre leurs intérêts, notamment économiques. Dès le départ, l’association a pu négocier et signer des contrats collectifs d’approvisionnement en bois, pour des quantités et à des prix auxquels on n’ose même plus rêver aujourd’hui ! Ces contrats concernaient à l’époque des grandes quantités de bois d’industrie, destinées essentiellement à la fabrication de papier, filière qui n’existe aujourd’hui plus du tout en Suisse, et dont le chiffre d’affaire annuel dépassa le demi-million. Mais l’association organisait aussi des ventes collectives de bois de services pour les scieries dont profitèrent tous les propriétaires, privés et publics. En 1980, l’association fit oeuvre de pionnier en acquérant le premier câble-grue dans le canton. Cet outil, capable de débarder efficacement les bois des pentes des Préalpes, permit de mettre en place un véritable entretien régulier des forêts de montagne, afin d’assurer leur rôle de protection contre les dangers naturels. Il aida aussi la réalisation de nombreux travaux d’endiguements de torrents. Ce câble-grue fut loué aux membres jusqu’en 2002, avant d’être revendu à un entrepreneur de la région. Rapidement, l’association se soucia de la bonne formation des bûcherons et des propriétaires, en organisant différents cours de sylviculture et de bûcheronnage à leur intention. La demande et l’attractivité du bois d’industrie baissant avec les années, l’association rechercha de
nouveaux débouchés en faisant la promotion du bois-énergie. Ses efforts furent couronnés dès 2001 avec la mise en service du chauffage de l’hôpital de Riaz, dont l’association assure aujourd’hui encore l’approvisionnement en bois pour le compte de Gruyère Energie SA qui gère cette installation. En 2017, l’association s’est donné un nouveau nom, « ForêtGruyère », suivant ainsi l’exemple de son association faitière « ForêtSuisse ». Différents défis attendent l’association pour les années à venir. Elle va poursuivre en priorité son soutien aux propriétaires, en particulier des propriétaires privés. Ceux-ci peuvent désormais rejoindre l’association sans payer de cotisation, et ainsi s’associer à des coupes coordonnées, comme celle présentée samedi matin dans la forêt de Bouleyres. Ces exploitations regroupent plusieurs
propriétaires au-delà des limites de propriétés, afin de permettre des travaux rationnels et une vente groupée des bois. L’autre axe prioritaire de ForêtGruyère est le développement de débouchés pour les produits bois. Celui-ci passe principalement par l’accroissement des volumes dévolus au bois-énergie, filière dans laquelle l’association espère continuer à jouer un rôle majeur afin de consolider un circuit court entre producteur de bois et producteur de chaleur, afin de permettre aux propriétaires forestiers de fournir du bois à un prix couvrant au moins les coûts d’exploitation. D’autre part, l’association va poursuivre son engagement en faveur de la valorisation du bois local dans le bâtiment, notamment au travers du Label Bois Suisse (anciennement COBS), et en particulier dans les bâtiments publics. Et enfin, depuis 2018, elle organise la mise annuelle de bois de qualité et d’essences rares qui permet de valoriser les plus beaux bois provenant des forêts régionales. Tous ces efforts se font avec l’objectif louable de préparer les forêts pour l’avenir. Les peuplements forestiers de demain devront être résistants aux aléas climatiques tout en remplissant les multiples fonctions que la société attend d’eux. 40 chênes ont été plantés par les membres et invités dans cette idée, en espérant que ceux-ci se développent et s’émancipent, pas seulement dans les 40 prochaines années, mais bien au-delà, afin d’offrir durablement leur beauté, leur ombre, leur protection et enfin leur bois aux générations futures.